Afrique et Massage

img
L'afrique et le Massage
Expérience personnelle enrichissante.

L'Afrique a été la deuxième parti de mon éducation, celle que je me suis donné, dans ma vie d'adulte, et j'ai commencé à y voyager quand j'avais 18 ans.

Et pourtant, si on me demande si je connais l'Afrique, je répondrai « un peu », car c'est tellement vaste, d'un pays à un autre, d'une région à une autre, d'une ethnie à une autre, les connaissances et les appellations peuvent changer, et chacun se dira en général l'authentique détenteur, voir créateur de ces savoirs ancestraux, que ce soit pour la musique, la danse ou la thérapie.

Dans les endroits que je connais, la Tradition est la base de la vie quotidienne et est hyper présente, et tout y est lié de près ou de loin. (la particularité de la Tradition, est que deux personnes qui ne se connaissent pas, peuvent se comprendre grâce aux codes qu'elle contient, ils pratiquent la même choses, de manières globales, mais ils y a des variantes selon les ethnies, les tribus et même les familles, ou les villages, variantes qui ne changent pourtant pas les codes dans les grandes lignes)

L'enseignement n'est transmis que de manière orale, il n'y as pas de théorie à proprement parlé, on regarde, on écoute et on reproduit, on pratique, sous le contrôle des aînés et de ceux qui ont de l'expérience, et qui corrigent. On le fait devant eux pendant des années jusqu'à être émancipé et indépendant, reconnaissance et proclamation, qui ne peux venir que des anciens.

Il est dit de la connaissance que « ça se donne, ça ne se prend pas »

il en est ainsi pour la thérapie, qui comprends connaissance en phytothérapie, rituel, massages et bien d'autres choses.

En ce qui concerne le massage, et de mon expérience, il est utilisé seulement lorsque quelqu'un est malade ou à un problème physique. C'est un massage puissant, pas toujours agréable, mais efficace, dont le seul but est de traiter un problème, local ou général, mais il n'y as pas de notions de bien-être.

Je n'ai jamais vu de femme le pratiquer, d’ailleurs on appelle le praticien « le masseur traditionnel ». Mais il faut dire aussi que c'est sans doute parce que je suis un homme et que de manière générale, les hommes soignent les hommes et les femmes soignent les femmes (bien qu'en ville on puisse parfois constater que c’est en train de changer).